Point à la ligne en e-book

point-a-la-ligne---couv1-143Ce n’est pas pour tout de suite car il me faut refaire la mise en page, créer une nouvelle couverture, préparer les textes de présentation… mais c’est décidé, aussi vite que j’en serai capable, je déposerai ce recueil de nouvelles sur la plateforme Kobo. A minima.

Publicités

Crocus à safran

43435685_2202727083300979_3830822322541288775_n

Cet été, sur la terrasse d’un B&B perché au-dessus de Corté, notre hôte désigne une montagne au crâne pelé. Elle lui appartient en quasi-totalité, il l’a achetée à un paysan en même temps que la maison qu’elle recèle et qu’il a transformée en gîte. La terre n’y est pas cultivable ou si peu, des châtaigniers, de très nombreux châtaigniers, et des oignons de crocus qu’il a plantés pour sa propre consommation de safran. Le moment de la récolte venu, il invite dans son gîte ses copains du continent, trop heureux de cette parenthèse corse, et, entre virées à la plage et dégustations de cochonnaille, ils cueillent les précieuses fleurs et en retirent les si convoités stigmates rouges. « Je connais un peu », lui dis-je. « Le seul autre endroit où l’on cultive du safran en France, c’est le Quercy » rétorque notre hôte, aussi accueillant qu’érudit.

Justement, le Quercy ! Et la cueillette, c’est maintenant, en octobre.

 

J’ai trantolé

drapeau occitan« J’ai pas grand-chose à te raconter, j’ai trantolé tout l’après-midi » m’a répondu ma mère l’autre jour au téléphone. Ah ce verbe, trantoler !, comment le traduire ? Trainailler, vaquer, glander… bref il s’agit de s’occuper sans réelle efficacité en patois lotois. Une table aussi peut trantoler, quand au resto il faut glisser sous un pied un bout de papier plié en quatre pour la caler. Dans ce sens là, j’ai longtemps cru ce mot compréhensible par tout un chacun – ou presque !-  tout comme perne, mascagner, décaniller ou branquignole, pour ne citer que ceux qui me viennent spontanément à l’esprit.

Vous ne connaissez pas ? Une perne est un quartier d’agrume (mais comme il n’y a pas seulement quatre quartiers par fruit, la perne est plus juste, un point pour l’Occitanie !) ; mascagner, c’est besogner sans efficacité parce qu’on n’a pas le bon outil ou la bonne technique (tout est dit en un seul mot, 2 points pour l’0ccitanie !) ; Décaniller, c’est comme un chamboule-tout, un éléphant dans un magasin de porcelaine, on fait tomber des trucs, on décanille toutes les quilles au bowling ou la boule gênante à la pétanque (dé-ca-niller, c’est clair, non ?, 3 points pour l’Occitanie !) ; Enfin, un branquignole, c’est quelqu’un qui ne fait rien de bien, une sorte de dilettante à tendance fou-fou (et un branque, c’est le même avec moins d’affection). Franchement, ce n’est chouette ça, un branquignole !, ça fait penser aux Pieds Nickelés (réservé aux plus de 50 ans) : 4 points pour l’Occitanie ! 4/4 pour le patois lotois (ou toulousain); toute exagération chauvine exclue, évidemment.

Ils sont beaux ces termes de patois, parce qu’ils chantent avec l’accent, parce qu’ils sentent les déjeuners en terrasse et qu’ils opposent des pieds de nez au bon français. Me risquerai-je un jour à en glisser quelques uns  dans un roman ? Peut-être…

 

Jaune comme…

BALLONS.JPGIl y a quelques jours une envie irrépressible de gribouiller une toile m’a attrapée par surprise.

De la légèreté, de la liberté avec des ballons, mais bien ancrés dans le sol, pour moi la terrienne. Du jaune enfin pour tenter de prolonger un été qui s’en est allé. Ou parce que cette couleur est à la mode, qui sait ? Voilà comment est né ce tableau : Ballons.

En le découvrant, ma fille s’est exclamée : « Il me fait penser à des tournesols. ». Des tournesols ? Mais bien sûr ! Et comment ne pas y voir plus qu’une coïncidence, alors que je me régale en ce moment de la lecture du roman Vincent qu’on assassine de Marianne Jaeglé, une superbe fiction, joliment écrite et fort bien documentée, sur les derniers mois de la vie de Van Gogh. Le soleil arlésien, la maison jaune, le fauteuil de bois rouge, Gauguin, les blés ondulants… et les tournesolsSIGNATURE.

Autre clin d’oeil, je signe depuis toujours mes toiles d’un nom, un seul : Vincent !

Ecrire

charles-aznavourEn mémoire, ce magnifique texte de Charles Aznavour extrait de l’album « il nous restera ça » de Grand Corps Malade.  

Aznavour chante Ecrire

Choquer l’ordre établi pour imposer ses vues
Pourfendre
Choisir, saisir, comprendre
Remettre son travail cent fois sur le métier
Salir la toile vierge et pour mieux la souiller
Faire hurler, sans pudeur, tous ces espaces nus
Surprendre
Traverser les brouillards de l’imagination
Déguiser le réel de lambeaux d’abstraction
Désenchainer le trait par mille variation
Tuant les habitudes
Changer, créer, détruire
Pour briser les structures à jamais révolues
Prendre les contrepieds de tout ce qu’on a lu
S’investir dans son oeuvre à coeur et corps vaincus
Écrire ta peur de sueur, d’angoisse
Souffrant d’une étrange langueur
Qui s’estompe parfois mais qui refait bientôt surface
Usé de sa morale en jouant sur les moeurs
Et les idées du temps
Imposer sa vision des choses et des gens
Quitte à être pourtant maudit
Aller jusqu’au scandale
Capter de son sujet la moindre variation
Explorer sans relâche et la forme et le fond
Et puis l’oeuvre achevée, tout remettre en question
Déchiré d’inquiétude
Souffrir, maudire
Réduire l’art à sa volonté brûlante d’énergie
Donner aux sujets morts comme un semblant de vie
Et lâchant ses démons sur la page engourdie
Écrire, Écrire
Écrire comme on parle et on crie
Il nous restera ça
Il nous restera ça

Dans la combi de…

danslacombi…Thomas Pesquet ! Je ne me suis confiée encore qu’à demi-mot sur ce blog à son sujet, cet homme me fascine. Comme bien des Français, j’ai suivi avec assiduité ses prouesses spatiales, de sa sortie de la station à des actions plus anodines comme des séances de lecture ( L’astronaute et les histoires ) et la diffusion sur les réseaux sociaux des photos de la terre.

Il me fascine par ce mélange étonnant de proximité et d’inatteignable. Presque comme si Dieu était mon voisin. Un jour dans ma rue, quelques heures plus tard dans les étoiles.

Il m’impressionne plus que tout par sa force mentale revêtue d’un masque lisse. Sous ses traits humains, cet homme est un alien.

Je viens de me régaler de la BD « Dans la combi de Thomas Pesquet ». Dans ce récit traité avec un second degré hilarant, derrière les anecdotes amusantes, on devine une passion hors norme ainsi qu’une volonté et une abnégation non moindres pour parvenir à l’assouvir.

On se représente les passions, fébriles, dévastatrices, bruyantes… La sienne semble froide, réfléchie. Encore un paradoxe qui n’est peut-être qu’une image, un mirage, de plus. Peu importe, cet homme a conquis les étoiles, rien de moins !

Le meilleur est souvent possible

mieux-ou-meilleur« Le meilleur est souvent possible » est l’assertion à laquelle s’accrochent Marie et Martin, deux des héros de mon roman Merci Gary Plotter, parce que l’espoir doit toujours être permis, parce que la vie réserve parfois, souvent, de belles surprises. Rappelez-vous, pour ceux qui ont lu ce conte moderne, croyez-le, pour les autres : la vie est fantastique, aux sens extraordinaire, surnaturelle, fabuleuse, imaginaire…

Bill Gates serait-il de cet avis ? Voir le meilleur de l’humanité