Feuilles

feuillesJ’aime balayer les feuilles mortes. Juste avant le petit déjeuner ou juste après selon la température extérieure.

Comme une manière de se débarrasser des petits soucis avant de commencer sa journée, d’ouvrir une page blanche.

Au Lavomatic

lavomatic
Image parIgor Saveliev de Pixabay

Une grosse couette à laver m’a valu une visite au Lavomatic. Ça faisait plusieurs mois que je n’y avais pas mis les pieds. Et chaque fois, ce lieu m’émeut.

L’odeur de lessive, si présente, peut-être. Plus certainement, c’est le face à face homme-machine, inconstant, symbolique, qui m’interpelle dans cet espace ouvert.

D’un côté, la déshumanisation : des automates, des hublots, des paniers métalliques, du carrelage gris béton, des murs blancs de morgue, des panneaux aux consignes austères.

De l’autre côté, face à la rangée des hublots, parfois un homme, une femme, seul, seule, qui lit. Ou observe le linge tourner, comme on regarde les boules se mélanger dans la sphère du tirage du Loto, l’espoir infime de gagner en moins. Frêle silhouette perdue, comme désemparée, submergée par cette technologie d’inox.

Souvent, au contraire, des hommes et des femmes qui s’affairent, discutent, échanges quelques anecdotes, des bons plans. Des étudiants, des mal logés, des mères de famille, chacun son linge, chacun ses soucis qui, eux, ne se lavent pas. Dans cette atmosphère tropicale qui sent bon le propre, des humains avant tout. Les machines alors s’effacent.

 

Le temps taquin

horloge
La grande horloge du musée d’Orsay qui m’impressionne toujours autant !  Image parvalentinsimon0 de Pixabay

Le temps me joue des tours. Il ne peut en être autrement.

Mon agenda m’échappe, me tombe des mains, mes nuits de sommeil s’évanouissent, les minutes s’envolent, les heures me glissent entre les doigts comme du sable sec.

À croire que chaque journée rivalise d’ingéniosité pour grappiller le temps qui me permettrait d’écrire.

Voiture à reconduire au garage trois fois d’affilée pour le même dysfonctionnement (si !), grève des trains inopinée en Occitanie (selon le terme utilisé par la SNCF sur son panneau d’affichage le 18 octobre en gare d’Austerlitz, moins drôle que grève surprise), des documents officiels mystérieusement envolés qu’il me faut remplacer, des points de suture à deux heures du matin pour mon fils… Mais que se passe-t-il ?

Chacun sait la vie surprenante, je la crois fantastique, pour le pire et surtout le meilleur, et ce n’est pas Marie l’héroïne de Merci Gary qui me contredira.

 

 

 

La légende de pont Valentré

Cahors_pont_valentre_pano (1)Le pont Valentré est l’emblème de Cahors. Il faut dire qu’il en impose ce bâtiment médiéval ! Et comme bien des monuments anciens, une légende lui est attribuée. Pour se convaincre qu’elle est vraie (comme toutes les légendes, évidemment), il n’y a qu’à observer le petit diable agrippé à l’une des pierres de la tour centrale, juste sous le toit. Pas de chance, vous ne le verrez pas sur cette photo, même en loupe 300 000x, il se trouve sur la façade opposée, celle qui regarde le Lot vers l’aval.

J’ai utilisé cette légende dans la nouvelle intitulée Rencontre e-nattendue du recueil Point à la ligne parce qu’elle m’est familière, ayant accompagné mon enfance, et pour entraîner Violette, la geek héroïne de la nouvelle, vers un univers bien différent du sien.

page officielle du Pont Valentré

Promenade inspirante

 

Les arbres, c’est comme les humains, il y en a de plus fantaisistes que d’autres, des déracinés, des mal lotis qui luttent pour survivre et des nantis. C’est la vie !

Note : Les photos ne sont pas terribles, je l’admets. Avec mon téléphone, hélas, je ne sais pas en faire de belles. Mea culpa. Alors, j’ajoute (ce que je ne devrais pas) quelques explications de ce que j’ai vu : un arbre au tronc partagé en deux à la base, mais avec un beau feuillage ; un arbre tout biscornu dans une forêt de pins aux troncs rectilignes ; un arbre à la base décollée du sol, comme s’il marchait sur ses racines ; et enfin un arbre normal bien ancré dans son sol, branchu, majestueux. Et tout cela, lors d’une simple promenade.